Nos vins

Le millésime est un repère important pour apprécier la qualité d’un vin. Chaque millésime est unique, il est la mémoire de l’histoire climatique et des événements majeurs de l’année pour un vigneron.
Avec l’appellation et le nom du Domaine, le millésime permet d’évaluer le potentiel de garde d’un vin et aussi de pressentir de la date de son apogée.
Les grands millésimes du 20e et du 21e siècle sont, entre autres : 1906, 1908, 1919, 1923, 1928, 1929, 1934, 1937, 1945, 1947, 1949, 1955, 1959, 1961, 1962, 1964, 1966, 1969, 1971, 1976, 1978, 1985, 1988, 1989, 1990, 1991, 1993, 1996, 1999, 2002, 2005, 2009, 2010, 2012, 2015, 2016…
Place des Grands Crus regorge de millésimes rares et propose des vins allant de 1906 à 2016 provenant de caves privées ou directement des domaines.

1959

1959 est un millésime exceptionnel en Bourgogne ! On n’avait pas eu autant de soleil depuis la fin de la Seconde Guerre Mondiale. Grâce notamment à de petites pluies répétées en Septembre qui vinrent apporter à la vigne tout ce dont elle avait besoin après un été chaud et sec, la vendange fut excellente. Tous les éléments sont réunis sur ce millésime pour obtenir un fond solide, harmonieux, d’une grande complexité et d’une belle longueur en rouge. Les blancs, plus rares, offrent une consistance soyeuse, dans un registre très mûr où se mêlent les arômes de praline, de miel et de crème brûlée.

1961

Un autre millésime exceptionnel en Bourgogne, qui prouve que les meilleurs millésimes naissent parfois dans des conditions difficiles ! En effet, coulure et millerandage ont enfanté de petits raisins, aux grumes compactes, d’une magnifique qualité. Ainsi, la vigne put affronter l’été, chaud et sec. Si les vins à leurs débuts furent austères, ils se sont magistralement équilibrés avec le temps. Les grands vins de 1961 font preuve d’une grande consistance. Vivaces, leur texture n’en est pas moins agréable et de grands vignerons comme Bernard Clair considèrent ce millésime comme le plus beau qu’ils aient eu à vinifier. Une grande référence !

1971

Un millésime de grande année, qui fut la référence pour de nombreux vignerons chevronnés ! Pourtant, la quantité n’était pas au rendez-vous, avec seulement la moitié des rendements habituels. La pluie et la grêle furent – hélas – de la partie, compromettant la récolte sur certaines parcelles, spécialement en Côte-de-Beaune. Pourtant, l’état de la vendange fut remarquable de concentration, garantissant une grande maturité, mais nécessitant tout autant de patience ! Les vins de 1971 ne commencèrent à s’offrir dans toute leur splendeur qu’à partir de la décennie 90, et on leur prédit encore aujourd’hui une apogée qui fera long feu. Un velouté raffiné, de généreuses saveurs, mêlant fruits compotés et une touche de grain de café, voilà la signature remarquable de ce millésime.

1976

1976 est un bon millésime qui aurait pu être grand ! Une sècheresse intense de Juillet à Septembre a considérablement limité les rendements et donné aux vins une concentration importante. Dans les années 90, les vins étaient encore – pour beaucoup – repliés dans leur cocon tannique. Ils s’assagissent avec le temps, ont des arômes puissants, du fruit et du velours… mais il manque cette élégance aérienne que l’on attend d’un millésime exceptionnel. C’est un millésime taillé pour la garde, qui demandera à l’amateur une grande patience pour atteindre la plénitude.

1978

Un millésime exceptionnel, l’un des plus beaux du siècle selon Henri Jayer, pourtant très mal engagé : une année froide, une maturité tardive, et un été mal engagé auraient pu nous priver de ce résultat sensationnel. Et pourtant, si à la fin août, personne ne semblait vouloir croire en cette vendange, un mois de septembre extraordinaire et un mois d’octobre exceptionnel firent tout le panache du millésime ! 10 heures de soleil par jour et un vent du Nord plus que bienvenu durant l’arrière-saison firent rentrer une vendange très faible en quantité, mais qui accumule les superlatifs : « une très belle texture, très tendre, avec toutefois beaucoup de chair et une formidable puissance tannique » disait Henri Jayer. On dit de 1978, aujourd’hui rayonnant, qu’il est prêt à vivre un siècle encore !

1990

Un autre millésime tout à fait exceptionnel, marqué par un long printemps, favorisant coulure et millerandage. Un été chaud et sec, des pluies en août arrivant au moment opportun et un mois de septembre ensoleillé permirent d’obtenir une vendange en parfait été sanitaire. La concentration des vins est remarquable ; amples et longs en bouche, ils sont très bien équilibrés, ce qui permet d’entrevoir leur légitime prétention à un long vieillissement. Leur bel équilibre permet toutefois aux moins patients d’entre nous de profiter de leur chair exquise dès à présent ! 1990 est « le grand millésime de plaisir » ! En blanc, ce millésime est un peu moins complexe que 1989 ; mais les vins blancs sont notoirement racés, gras, charmeurs.